• Accueil
  • > Cinéma / Série / Théâtre

The revenant : grand moment de cinéma

6032016

J’avais une grande curiosité pour ce film, son ambiance, son synopsis, puis à propos de la prestation oscarisée de Léonardo Di Caprio. J’ai pas été déçu, quelle gifle ! Un moment cinématographique d’exception. Aucun Blu-ray n’aura le rendu de cette projection, avec condition optimale, donnant de forts sentiments. Rien à jeter pour moi, j’ai pas vu passer les 2h35 du film ! Il ne restait pas 1 place, du jamais vu pour moi qui voit souvent peu de gens, avec mes films atypiques ! :)

165611

Image de prévisualisation YouTube

Léonardo a donné de sa personne et est impressionnant. Son physique grossi, cheveux et barbes longues, rendent crédibles le côté primaire de cette époque avec sioux. Il subit un maximum de souffrance  les 3/4 du film, on vibre sur notre siège et on est en totale empathie. Rien ne nous est épargné, même l’attaque d’un ours qui le déchire de partout. Si vous avez peur de l’hémoglobine, passez votre chemin ! Je n’ai pas eu peur mais j’ai été capté par ces galères successives. Des scènes réalistes qui bousculent et qui ont dû lui demander beaucoup d’efforts. Un acteur humble. Peu de dialogues, mais les regards valent un livre, magnifique performance. ;)

Voyez dans ce visage, l’expression d’un homme vivant l’enfer

 the-revenant-2

Un père et l’envie de venger son fils…

the_revenant_SD2_758_426_81_s_c1

Vivement conseillé, pour découvrir la vie à la dure, le froid, la mort partout, le besoin permanent de manger, et les fautes humaines… J’en suis sorti imprégné, signe de la réussite de ce film qui déroule son atmosphère, de la 1ère à la dernière minute. Un filmage somptueux et une musique prenante, finiront de vous convaincre. Le genre de film que je retiendrai, qui m’ont marqué comme La vie d’Adèle. :)




Star Wars : Le réveil de la force

27122015

Avant d’aller voir le dernier Star Wars, j’avais revisionné l’intégralité des 6 premiers épisodes en Blu-ray. Merveilleuse saga :)

star-wars-l-integrale-3344428045142_0

Voici l’affiche du dernier Star Wars

Decouvrez-l-affiche-officielle-de-Star-Wars-Le-Reveil-de-la-Force

Image de prévisualisation YouTube

Alors mon verdict ! J’ai aimé retrouver les anciens personnages et voir naître une nouvelle intrigue. Les nouveautés sont charmantes, le spectacle ne manque pas, le rythme est soutenu, il y a vraiment de quoi en prendre plein les yeux. De nouvelles armes, de nouveaux méchants et résistants, puis un mignon nouveau droïde font leurs apparitions. Je ne révèle rien de l’histoire mais on voit bien que c’est la première approche visant à installer une nouvelle ère. Et justement, on peut rester un peu sur sa faim, car les faits et les personnages arrivent sans au préalable, une vraie explication.

2048x1536-fit_capture-video-derniere-bande-annonce-star-wars-reveil-force

Harrison Ford reste un bon repère et charme les nostalgiques. Le retour des robots est savoureux mais un peu bref pour R2D2 ! Celle qui tire son épingle du jeu est l’épatante Daisy Ridley. Je suis un peu déçu de la légèreté du jeu et du rôle de John Boyega. Il manque un peu au scénario de creuser les choses. La fin du film reste une mise en bouche, et pour les moins impatients, ce sera terrible d’attendre ! Donc un bon film, qui respecte son cahier des charges, mais qui aurait mérité plus de folie, il manque un petit quelque chose, peut-être plus de spontanéité et de fraicheur. Il y a aussi de vraies longueurs. Mais vivement conseillé tout de même. A vous de voir ! ;)




L’enfer… d’Henri-Georges Clouzot

30122014

Je suis fasciné par le travail inachevé « L’enfer » d’Henri-Georges Clouzot tourné en 1964 avec Romy Schneider et Serge Reggiani principalement. Un tournage qui n’a pas pu se terminer suite à de nombreux retards, folies et nombreuses prises d’une même scène. Ce qu’il en reste est une succession d’audaces, de trouvailles, d’expériences sonores et visuelles retranscrivant le supplice et le calvaire de la jalousie… Voir et imaginer sa moitié avec un autre est un cauchemar ! Qui donne des suées, des images abjectes, un profond dégout. Le personnage qui subit cela est hanté par des visions névrosées et un mal être journalier. Romy est magnifique dans ces chutes, les couleurs sont étranges, obsédantes, psychédéliques, tout ce que j’aime. Le noir et blanc aussi est splendide. Des répulsions qui auraient pu donner un chef d’œuvre…

Voici des images fortes, figées ou en gif, avec vidéos aussi. Hommage à Romy qui s’est donnée complètement dans cette intrigue invivable.

l (14)

l (1)

l (2)

l (2)

l (5)

Belles scènes de jalousies et visions d’enfer de sa femme avec un/e autre…

Image de prévisualisation YouTube

l (5)

l (6)

l (4)

Joli livre retraçant le parcours de ce film inachevé, avec de belles photos.

4emedeCouv

l (6)

l (7)

l (10)

Effets de noirs et blanc, ombre et lumière, et couleurs démoniaques sublimes.

Image de prévisualisation YouTube

l (8)

l (13)

l (12)

l (9)

Romy, femme séduisante et infidèle, enfin ce sont les visions d’elle sans lui…

l (17)

l (10)

l (15)

Romy Schneider - Enfer (2)

l (16)

Romy Schneider - Enfer (5)

Scènes de malaises, compiles du film qualifié de maudit… surement le sujet !

Image de prévisualisation YouTube

Romy Schneider - L'enfer (3)

l (15)

l (19)

Le jaloux imagine sa femme se faire belle, fatale pour d’autres. Jolis décors.

l (27)

Romy Schneider - Enfer (3)

l (1)

Romy Schneider - Enfer (6)

Reggiani joue bien, il l’imagine faire des excès sans lui, s’amuser et le laisser là à sa détresse, vivant bien son absence. Romy est terrible !

l (2)

l (12)

l (17)

l (20)

l (21)

l (18)

Un homme de trop, névroses à temps plein. Comparaison inévitable.

l (21)

l (22)

Une femme peut aussi vous voler la votre… Pas de tabous dès les années 60.

l (26)

l (24)

l (3)

l (25)




Moments télés de Patrick Dewaere

22122014

On connaît les films de cet acteur inégalé, mais ses passages tv ici réunis sont très intéressants pour cerner son approche du métier. Ici pas de personnage mais un homme vrai et entier, au phrasé et magnétisme rare. On voit au fil de cette quarantaine de minutes, du charisme, un professionnalisme fort, des idées pertinentes et personnelles sur le rendu de son travail et ses perceptions. Une implication qui ne laisse pas indemne après un tournage. Hors des films, ces interviews nous montre un homme doué, drôle, qui se raconte avec politesse, rires pour se protéger, douceur et pensées idéalistes. :)

Image de prévisualisation YouTube



Superbes acteurs inégalables (2)

20052014

Suite de portraits d’acteurs que j’apprécie, plus contemporains.

000001




Superbes acteurs inégalables (1)

19052014

Acteurs classieux, avec des gueules, du caractère, du phrasé, de l’audace.

Superbes acteurs inégalables (1) dans Cinéma / Série / Théâtre 0-mosaique-acteurs




1 an du blog : compile des sujets forts !

7122013

Voici les sujets qui résument 1 an de publications, avec choix déchirants mais synthétiques. Une façon de les faire (re)découvrir. Le temps me manque, l’envie s’essouffle périodiquement, et les visites ne sont pas acquises sans de multiples efforts. Courbe qui décline lorsque je cesse les écrits annexes, difficile d’attirer sans cela ! Merci pour votre intérêt gratuit ;)

0000

Si cela intéresse, il suffit de cliquer les sujets ci-dessous qui vous attirent ! :)

Portraits d’artistes :

Fabrice Luchini

Richard Anthony, une œuvre remarquable

MARCEL GOTLIB dessinateur doué, unique

JOE DASSIN, cet intellectuel méconnu

Serge Lama : un des plus grands…

Amour / Idéal :

Je voudrais être amoureux

Être aimé est plus fort qu’aimer

Idéal de femme : Amanda Langlet, Margot

Cinéma / Portraits :

Patrick Dewaere, écorché vif si talentueux

Éric Rohmer : Intégrale Blu-ray, livres, etc

La vie d’Adèle : chef d’œuvre splendide

La dentellière : film subtil et très juste

Musique :

Martin Circus : groupe rock de légende & Gérard Blanc : merveilleux chanteur

NIRVANA : rock pur, choc, intense. Concert historique : Rio de Janeiro, Hollywood Rock Festival 1993

Nouvelle French POP/Synthpop/New-wave

Médias / Sport / Divers :

La recette amère des incitations

LE TOUR DE FRANCE : épreuve mythique

Ont-elles eu raison de « Lui » ?!

Pourquoi râler ?!

ETC… ;)




Georges Lautner : paresse des hommages

24112013

J’aime les destins, un grand est parti. Sur la quarantaine de films réalisés, on évoque et rediffuse encore « Les tontons flingueurs »… parmi tant de choix ! Est-ce rendre hommage à un homme que le réduire à quelques œuvres ? Diffuser un film moins célèbre mais reconnu pour sa grande valeur serait + audacieux, quelle frilosité, bigre ! De + en +, les hommages sont mis en fin de journal, réduits à quelques petites minutes, généralistes et réducteurs.

0lautner-georges-02-g1

Lors de décès, la paresse journalistique nous amène à considérer 1 ou 2 : tubes, films, livres, tableaux… d’artistes ! Bilan entonnoir qui laisse dans l’ombre des œuvres ne demandant qu’à être redécouvertes, une culture bradée. Je suis ravi d’aller au delà des créations connues, pour savourer des œuvres oubliées aussi intéressantes. Jusqu’au-boutiste, j’aime les intégrales musicales; telles des dictionnaires où l’on peut puiser à l’envie des titres de toutes époques, tous genres, toutes émotions. Objets remplis de trésors :)

INTEGRALES




GRAVITY images étoiles/scénario espace

9112013

Je n’avais jamais vécu l’expérience d’un film en 3D. Le film Gravity d’Alfonso Cuarón avec sa bande annonce et ses critiques élogieuses, m’ont convaincu d’une bonne première. Têtes d’affiche : Sandra Bullock & George Clooney.

Image de prévisualisation YouTube

Début résumé : 2 astronautes se retrouvent rescapés d’une collision de débris d’anciennes missions spatiale. Leur navette en morceaux, ils doivent se débrouiller pour se sortir de ce mauvais pas et autres catastrophes !

GRAVITY images étoiles/scénario espace dans Cinéma / Série / Théâtre gravity12

L’effet 3D est saisissant, on croirait être réellement dans l’espace et en proche compagnie des protagonistes ! Le moindre objet volant comme un stylo, des gouttes d’eau, etc… vous passe à coté avec un réaliste incroyable. On arrive même à avoir le mal de l’espace tant il y a de mouvements, trop même ! :)

gravity-affiche-us-013 dans Cinéma / Série / Théâtre

Puis le jeu des acteurs est dense, précis, on partage leurs nervosités. On voit beaucoup + Sandra Bullock que Clooney, elle est assez crédible dans le rôle. Ses expressions et ses déplacements sont parfaitement travaillés et captivent.

gravity-movie-review-sandra-bullock-shiop1

J’ai été scotché le 1er quart d’heure, puis très vite on peut ressentir pas mal de longueurs. J’ai trouvé le scénario simple voire creux avec des scènes prévisibles. J’ai piqué du nez, ce qui ne m’était jamais arrivé au ciné, fichtre !

Je suis rarement les critiques, et lorsque je le fais, cela ne me réussit pas ! Dure comparaison avec « La vie d’Adèle », film fondamental qui m’a fortement marqué. Ce film est surtout conseillé pour ses images, sons et ambiances, plutôt que son scénario plein d’espace avec une fin bâclée. C’est mon avis bien sur, mais je ne regrette pas d’y avoir été. En + j’ai eu un demi-tarif ! :)

gravity11




La vie d’Adèle : chef d’oeuvre splendide

21102013

Je vais rarement au cinéma : seulement pour partager une histoire qui change ou pour voir certains acteurs fétiches. « La vie d’Adèle » de part sa bande annonce et son genre anti-blockbuster, ne pouvait échapper à ma curiosité, un besoin fort, inévitable. Récompensé, ce fut une expérience extraordinaire.

La vie d'Adèle : chef d'oeuvre splendide  dans Cinéma / Série / Théâtre 0

Le film du controversé Abdellatif Kechiche avec Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux dure 3 heures… mais on est instantanément pris dans l’histoire. Une ado se cherche niveau sexualité, son attirance pour les filles sera une évidence malgré les difficultés et les autres. Le film ne pouvait pas mieux tombé après tous ces débats haineux sur l’homosexualité… il fait du bien ! L’affiche :

photo-le-poster-officiel-de-la-vie-d-adele_portrait_w532 dans Cinéma / Série / Théâtre

Image de prévisualisation YouTube

D’emblée, j’ai été saisi par ce parti pris de filmer l’héroïne en gros plan. Il nous est proposé tout au long de l’intrigue, des plans rapprochés du visage d’Adèle, sous tous les angles possibles. Certains ne sont pas flatteurs malgré tout son charme (scène de repas ou de pleurs avec nez qui coule). J’y vois une envie de vérité sur notre vie, pas toujours propre ou esthétique. Sa bouche zoomée évoque le désir, ses dents reflètent ses divers appétits, puis son visage nous montre une fille complexe, perdue, timide, nonchalante, triste. Un regard qui varie, de multiples expressions, jolis yeux… de quoi crever l’écran.

la-vie-d-adele-photo-5255843840f99

bientot-une-suite-a-la-vie-d-adele_portrait_w532

la-vie-d-adele-3_image-gauche

Aspects de ces plans rapprochés, décrits dans le dernier Cahiers du cinéma

les-cahiers-du-cinema_0693

Le film nous révèle le talent immense d’Adèle Exarchopoulos, qui dégage une facilité, une voix particulière et un charisme incroyable. Elle a tout pour elle !

adele-exarchopoulos-cannes-2013-10919331cnfhq

Léa Seydoux est exceptionnelle en garçon manqué, teinte sur nos impressions

lea-seydoux-la-vie-dadele

Pour ce qui est de l’histoire, je préfère ne pas trop en dire. Il y a des moments d’anthologie, joués avec une justesse incroyable, par des actrices que je connaissais pas. Par rapport au personnage d’Emma et de son milieu, il y a des passages culturels, intellectuels, avec des références littéraires et des réflexions qui donnent des parties surprenantes mais très intéressantes (avec Marivaux par ex.). Une opposition au monde d’Adèle qui est plus simple, naturel, lunaire, moins réfléchi. Léa Seydoux apporte une lucidité, une interprétation solide et une dureté qui tranche avec la candeur d’Adèle.

20611969

Adèle Exarchopoulos joue un rôle de composition, mais est très crédible, passant du rire aux larmes avec exactitude. Son personnage est amené à connaître le trouble et les questionnements. Puis elle franchit le pas avec hésitation d’abord, puis avec fougue ensuite, telle une ogre jamais rassasiée de sa partenaire. On vit les différents stades d’une relation, les bons et les pires moments. Il y a des scènes déchirantes : une grande colère chez elles, puis dans un restaurant. J’ai été bouleversé par ce grand désespoir, cette infinie tristesse, ces pleurs et ce chagrin immenses, joués avec les tripes… Hyper émouvant, le spectateur est en empathie totale, comme rarement.

1229918-adele-exarchopoulos-and-lea-seydoux-620x0-11

Il y a de jolies et sensuelles scènes de baisers, dont on pourrait rêver être le bénéficiaire ! Pour du cinéma conventionnel, il y a quand même des scènes de sexes non simulées, crues et torrides, dont une durant 7 minutes ! Une scène d’amour « viscérale et organique »  des mots d’Adèle même. Je l’ai trouvé fascinante, émoustillante, pertinente et gênante aussi avec le monde autour. On croirait basculer dans un autre genre de cinéma. Ces scènes sont plus puissantes en salle, avec l’amplification de ces souffles charnels et intimes, marquant… Le film est interdit aux – de 17 ans aux USA, on peut comprendre, car il ne faut pas venir avec des enfants. Entre ces moments et les scènes de colères, on peut se douter que cela n’a pas été de tout repos à jouer.

la-vie-d-adele-sera-interdit-aux-moins-de-17-ans-aux-etats-unis_portrait_w532

Des regards expressifs, dignes d’actrices hors du commun

la-vie-dadele-photo-52556334f2a13

Ce film est très réaliste par ses décors, gestes, et actions du quotidien. La réalité rejoint parfois la fiction, Adèle & Jérémie Laheurte (le petit ami du début de film) sont ensemble dans la vie. Pas étonnant au vu de la force du tournage atypique et de l’intensité des émotions. Un tournage difficile ? Je préfère seulement parler du film, loin des polémiques gâchant tout. Interview :

Image de prévisualisation YouTube

Un film vivement recommandé sur l’amour entre être du même sexe, l’irrémédiable attirance, les déconvenues d’une passion qui bascule, le regards des autres. Je suis très difficile en cinéma mais j’achèterai ce film en Blu-ray, pour retrouver l’univers particulier de ce chef d’œuvre. J’espère des bonus, car il y a eu beaucoup de scènes coupées. Très peu de défauts : quelques longueurs sur le métier d’éducatrice en maternelle, et une présence un peu trop importante de la cigarette et de l’alcool. Sinon, j’ai tout apprécié !

Cannes, jouant le jeu des photographes & rappelant l’amour des personnages

lea-seydoux-et-adele-exarchopoulos-le-23-mai-2013-a-cannes-10921324ykwqx

La Palme d’or méritée du 66ème Festival de Cannes, édition 2013

la-vie-d-adele-du-franco-tunisien-abdellatif-kechiche-a-remporte-dimanche-la-palme-d-or-du-66e-festival-de-cannes_scalewidth_630

On attend de voir comment vont évoluer ces actrices, espérant qu’elles gardent la tête froide et qu’elles fassent les bons choix. Étoile culottée !

1229943-actress-adele-exarchopoulos-pose-after-620x0-1







Bienvenuedansmatete |
Blog-Note Rose |
Syndicatscolairepaulverlaine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Youriniglirimirnaglu
| Rencontreinternet
| Mouchine