• Accueil
  • > Recherche : image humour

Les Crados : « interdit aux parents » !

14112013

Trentenaire, il y a des phénomènes de société qui ont marqués. Les Crados étaient des vignettes drôles qu’on trouvait un peu partout fin 80′. J’aimais ce politiquement incorrect, vantant nos travers et une laideur d’êtres atypiques !

Les Crados :

On pouvait remplir des albums avec ces cartes toujours surprenantes et bien dégueu’ ! Chacune portait un nom correspondant à une caractéristique, du mauvais gout et de l’humour noir comme j’aime ! Culte & interdit aux parents !

album2_page_00a1 dans Dessin / B.D. / Peinture

Exemples de cartes Crados ! En ces temps bridés, c’est toujours plaisant !

17_les-crados_geo-gerbetou

5573770

5573796

les-crados-photo-4f5f340f554e6

5573823

Ce petit livre regroupe des images, dommage qu’il soit cher (18 euros!)

51p8qfradnl._sx385_

Ce phénomène a même eu son film américain : Garbage pail kids

Image de prévisualisation YouTube

La chanson des Crados, kitchissime !

Image de prévisualisation YouTube

Si vous voulez voir un reportage sur le phénomène et ses dérivés, flashback !

Image de prévisualisation YouTube

Pour pousser le bouchon : site des Crados ICI avec pleins d’images poilantes !

wallpaper




MARCEL GOTLIB dessinateur doué, unique

31102013

C’est un dessinateur de génie qui a marqué mon adolescence. Un style de dessin gras, frappant et graphique qui m’a touché. Les histoires étaient à la fois loufoques, décalées, osées, pointues, instructives… Il est l’auteur de Gai-Luron, Les Dingodossiers, Les Rubrique-à-brac, Truc-en-vrac, Cinémastok,  Rhâ Gnagna & Rhââ Lovely, Superdupont, Pervers pépère, etc… Il a aussi beaucoup œuvré pour les revues Écho des savanes et Fluide glacial. Voici un modeste hommage sur son travail, d’une grande valeur affective.

MARCEL GOTLIB dessinateur doué, unique dans Dessin / B.D. / Peinture 303069982

Gotlib est né le 14 juillet 1934. Il commence à publier ses premières planches dans Pilote. Avec Goscinny, ils vont collaborer et créer les Dingodossiers. Un mixte de plusieurs thèmes, de héros atypiques, un reflet décalé et satyrique de la société française. Après 3 tomes, Marcel se retrouve seul et décide de créer les cultissimes Rubriques-à-brac (bientôt suivies de Truc-en-vrac).

pr-burp-bd dans Génie / Icône

Une belle création avec toujours un ensemble de sujets divers et variés, des jeux de mots, et 5 héros récurrents : Isaac Newton et sa gravité (!), le professeur Burp, pince sans rire. La science et l’humour compatibles !

isaac1

La fameuse coccinelle qui intervient sur les cotés d’images, compagne drôle

3512393100726_cg1

Le commissaire Bougret et son fidèle adjoint Charolles… sacrées enquêtes !

                        6a0133f3c0e2ec970b017eea00af18970d-250wi

Marcel se mettait en scène, avec son propre personnage plein d’autodérision !

006vacheenragee

Comparaison entre le singe et l’homme !

tarz02

Peux t’on aborder une femme dans la rue ?!

9782205055764_1

Gotlib a créé ce chien attachant : Gai Luron, mais je préfère Pif le chien !

gai-luron_gotlib1

De nombreuses impertinences et audaces ont été publiées dans Fluide Glacial

marcel-gotlib-fluide-glacial-1-19751

Super Dupont, héros bœuf, français moyen, nous sauve… la France a peur !

88988558_o

Intégrale Rhaa Lovely & Gnagna. BD pour adulte, génial humour culotté et osé

rhaa-lovely-gnagna-l-integrale1

g_652_12

Il y a aussi des livres de Marcel, des écrits et des bios. « Ma vie en vrac » est bien conçue et richement illustrée. Beaucoup de ses planches étaient irrévérencieuses, aujourd’hui elles passeraient surement moins bien avec toutes les associations ou mouvements divers… Un génie d’autant + recommandé donc, un humour intemporel, un univers fantasque ! :) Son SITE

autgotlibmavieenvrac




Humour du net pour oublier les tracas

10092013

Humour du net pour oublier les tracas dans Humour 694_humour_vespasien

 

z dans Humour

 

zz

 

z

 

z2




Humour pour penser à autre chose que…

3092013

Piochés sur internet, histoire de stimuler les zygomatiques !

Humour pour penser à autre chose que... dans Humour misscalimero135551082760_gros

73708_578939718791302_604085456_n dans Humour

4-presque-drole

comique1

68129bed

                                     chat1

Une photo que j’ai prise une année en vacances, étonnant… mais honnête !

100_1734




L’écume des jours

8052013

Souhaitant mieux découvrir l’univers de Boris Vian, j’ai été voir le film « L’écume des jours » tiré de son livre à succès. Il y a un hors-série du Monde qui est très bien fait et qui va m’éclairer sur ce génie touche à tout. Histoire :

L'écume des jours dans Cinéma / Série / Théâtre capture3

Ce qui m’a attiré : cet univers fantasmagorique, cet amour fort et tragique entre 2 personnages romantiques, ces décors et visuels absurdes très travaillés. On assiste à des scènes féériques, surréalistes, avec du drame, de l’humour, de la passion. On ressort de la projection un peu groggy par tant d’imaginaire, d’audace, de folie, d’effets visuels, de scènes à toute vitesse, de mélanges de genres, d’idées juxtaposées… Le film est inégal, avec des enchainements assez brusques, des scènes difficiles à assimiler, il y a des longueurs sur 2 heures. Par contre les acteurs sont formidables, Romain Duris est égal à lui même et la magnifique Audrey Tautou irradie l’écran. Un bilan mitigé, on était 10 dans la salle, avec des réactions négatives et sans appel autour de moi. Moi j’aime voir des films qui bousculent et j’encourage ce parti pris risqué du réalisateur. J’aime aussi le fait que mes choix de films attirent peu de monde, divisent; cela confirme que je suis hors du moule et atypique !

capture dans Cinéma / Série / Théâtre




Patrick Dewaere, écorché vif si talentueux

20032013

Acteur devenu mythique avec le temps, il a connu une vie tourmentée et des rôles forts avec 37 longs métrages, + des téléfilms et courts métrages. Fan de Bertrand Blier, je l’ai connu avec « Les valseuses » puis « Préparez vos mouchoirs ». Ce fut un régal de jeu d’acteur et d’histoires brisant les tabous, avec des répliques drôlissimes d’originalités et très crues. Une initiation toute en couleur, avec des rôles incroyables de culot, de nuances, de fougue, au coté d’un Gérard Depardieu immense. Cancre du 7ème art, j’ai alors ressenti le besoin de regarder ses films et d’étudier sa vie personnelle. L’engouement des connaisseurs du cinéma puis cette carrière posthume bondée d’éloges ou de césars tardifs, m’ont donné envie d’en savoir plus, belle idée !

Patrick Dewaere, écorché vif si talentueux dans Cinéma / Série / Théâtre media_xll_4910581

Son parcours hors norme, ses rôles joués de façon intense et précise, sa personnalité entière et hermétique à tout compromis, ses choix et audaces, ses nombreux talents, ce que son aura et charme dégageaient… me touchent particulièrement. Un ensemble de qualités qui a constitué un caractère unique, une authenticité rare, un côté novateur et méticuleux dans le jeu d’acteur, un regard plein de justesse. Si vous avez du temps, merci pour votre attention et votre curiosité pour ce prodige qui nous manque tant.

dewaere1 dans Génie / Icône

Il a commencé à jouer dès l’enfance; un début d’existence difficile lorsque l’on désire vivre comme n’importe quel chérubin. Lorsqu’on lit ses biographies, on découvre que jeune, il a été marqué par des drames familiaux traumatisant : abusé par un membre de la famille, puis énorme mensonge jusqu’à l’adolescence sur la véritable identité de son vrai père. De quoi vous déstabiliser à jamais. Pour couper avec tout cela et se refaire une identité propre, il a décidé de changer de nom, passant de Patrick Maurin à Dewaere.

f-comme-fairbanks-01-g

Il a alors pris ses marques en tournant dans un feuilleton très années 60 « Jean de la tour miracle ». Il a pu y briller de sa jeunesse, son insouciance et son talent déjà présent. Malgré le succès, il a étonnamment enchainé sur des projets plus marginaux, et a créé le Café de la gare avec toute une troupe de joyeux drilles. Une expérience théâtrale précieuse et diverse qui lui a apporté un certain art de rire, une seconde famille remplie de talent comme Coluche.

troupe_robin

Ce sera un refuge quand plus tard ça ira mal. Puis est arrivé enfin Le premier grand rôle : recruté in extremis pour « Les valseuses » par un Bertrand Blier qui cherchait un acteur fin et petit ! Ce film sera un choc d’irrévérence, de modernité, avec le périple de petits voyous à travers la France, accompagnés d’une shampouineuse à la recherche d’émois. On y voit des séquences bien croustillantes avec 2 gugusses qui veulent épanouir la fille. Le ton et les dialogues tranchent avec tous ce qui s’est fait auparavant.

Scène d’anthologie avec un partenaire en or, permettant de se transcender, des échanges corsés et sublimes, plus rares aujourd’hui.

Image de prévisualisation YouTube

gerard-miou-patrick1

Les retombées de ce film ont surtout profité à Gérard Depardieu et Miou Miou; Patrick ayant reçu des propositions nombreuses mais concernant davantage de petites productions ou premières réalisations. On pressent déjà son envie de bien choisir les scénarios et de ne pas tomber dans la facilité. Il ira jusqu’à balancer à la figure une mauvaise intrigue écrite par Gérard Oury, une attitude désinvolte et gonflée qui a terni un peu sa réputation ! On pourra le découvrir dans « La meilleure façon de marcher » de Claude Miller. 2 moniteurs dans une colonie de vacances ont une relation ambigu depuis que le personnage de Patrick a surpris son collègue habillé en travesti. Une relation particulièrement dérangeante entre le 2 hommes va s’installer suite à cette découverte.

Image de prévisualisation YouTube

Autre histoire, il hésitera à jouer un flic dans « Adieu poulet », lui l’ancien soixante-huitard ! Mais ce rôle valait le détour, il y rencontrera Lino Ventura et cela sera un joli succès en salle et un bon film. Petite scène délicieuse :

Image de prévisualisation YouTube

adieu-poulet

Le cours de sa vie va ensuite connaître une cassure mortelle : l’amour de sa vie Miou Miou, va le quitter brutalement pour Julien Clerc. Ils avaient eu une relation forte, d’équité, et ont eu une petite fille Angèle. Après cette séparation, plus rien ne sera comme avant dans l’existence de Patrick. L’ironie du sort va jusqu’à les réunir pour jouer un couple alors qu’ils viennent de se séparer, le magnifique « F comme Fairbanks ». Un film qui traitait déjà du chômage puis de la vie de couple. Le héros se croit pousser des ailes, mais il perd pied finalement. Un parallèle prémonitoire avec ce qui va arriver à Patrick ensuite. A voir pour le jeu sans pareil de ce génie des émotions :

Image de prévisualisation YouTube

f

Vont alors s’enchainer des rôles avec plus ou moins de succès, de belles rencontres, différents réalisateurs. Yves Boisset aimait Dewaere car il lui donnera 2 rôles : « Le juge Fayard » et « La clé sur la porte ». J’aime beaucoup ce second film qui est un des derniers films permettant à Patrick d’exceller dans l’optimisme avec un scénario non tortueux. Annie Girardot apprécia beaucoup de donner le change à cet acteur si gentil et habile dans son art, et aura des regrets comme beaucoup, de n’avoir pu le sauver.

cle-sur-la-porte-1978-07-g2

Puis des retrouvailles réussies et cultes vont se produire avec Gérard Depardieu dit « le gros », dans « Préparez vos mouchoirs ». Encore une histoire osée avec 2 lascars qui jouent avec grâce et folie, des paumés dépassés par les attentes d’une femme désireuse d’avoir un enfant. Carole Laure remplace à merveille Miou Miou, qui évite Dewaere. Blier avait aussi prévu de les réunir pour « Tenue de soirée » qu’il gardait sous le coude, cela aurait été merveilleux même si Michel Blanc est exceptionnel !

Début du film des « mouchoirs », des dialogues inestimables !

Image de prévisualisation YouTube

J’adore ce passage :

Image de prévisualisation YouTube

Dewaere est un nom recherché et sa côte reste une valeur sure. Son côté écorché vif finit tout de même par dominer, sa fragilité est vue comme un atout face à un Depardieu sur de lui. Il va attirer de nouvelles trames à tendances sombres, les films comiques se feront plus rares ou ne seront pas sans amertumes. Un 1er rôle fort va lui être proposé, mais il traite des mésaventures d’un footballeur accusé à tort d’un viol et qu’on va rappeler faute de joueurs, « Coup de tête ». Un personnage qui voudra sa revanche face à des dénonciateurs peu scrupuleux, se retrouvant en position de force après avoir permit à son équipe de gagner, marquant 2 buts inespérés. Cela donnera une scène sublime, qu’on rêve tous de vivre dans ce monde hypocrite, il mijote une riposte pour chacun de ses ennemis d’hier, devenu amis en une soirée. Chacun prend peur, succulent !

coup-de-tete-09

Patrick va ensuite se lancer dans le plus grand film de sa vie, « Série noire » d’Alain Corneau en 1978. Un rôle où il laissera des plumes, des idées obscures, avec un jeu inégalé de comédien qui s’investit totalement, apportant ses idées. Un besoin de reconnaissance venant du métier ne le quittera plus, après cette performance exigeante et que peu auraient oser. Le personnage Frank Poupart est un démarcheur perdu, qui a une femme sans plus, et une vie rengaine qui va sombrer dans la folie meurtrière. L’idée est d’aller récupérer un magot chez une vieille qui exploite sa nièce, et cela va mal tourner évidemment. Un film qui m’a bluffé et qui est une référence dans mes Tops. De l’humour noir, une ambiance oppressante, un climat hivernal ajoutant une certaine froideur, une intrigue qui nous renvoie à nos propres démons. La partenaire de Patrick, Mona (Marie Trintignant), est quasi muette mais ses regards expriment l’essentiel. Un amour trouble et beau.

Image de prévisualisation YouTube

Une scène troublante déjà ressentie quand rien ne va :

Image de prévisualisation YouTube

Sa prestation dans ce film va donner des idées aux scénaristes et réalisateurs de films désireux de trouver un comédien capable d’aller loin dans les extrêmes, la noirceur, la sensibilité. Patrick va alors être abonné aux rôles de perdant, lui qui a déjà tant de soucis dans sa vie privée. Il a perdu Miou Miou, il consomme des drogues dures suite à une relation sentimentale glauque. Ses amours ne sont pas de tout repos, il vit mal son côté marginal et se sent mal aimé dans le métier, et il va avoir des problèmes d’argent car il vit au dessus de ses moyens. Il a voulu se lancer dans la musique mais a connu un échec cuisant, il est entouré de parasites, il se retrouve dans une spirale descendante. Les problèmes s’accumulent et son mal-être ira de façon exponentielle. Ses proches auront du mal à le reconnaître et à lui redonner le sourire. Seuls sa première femme Sotha qu’il avait rencontré au café de la gare ou Bertrand Blier qui est comme un père, arriveront à le consoler l’espace de quelques temps…

Interview révélatrice de 1979, questions idiotes mais réponses pertinentes :

Image de prévisualisation YouTube

Une de ses musiques, pas pire que les merdes qui nous submergent.

Image de prévisualisation YouTube

patrick_dewaere-3

french-actor-patrick-dewaere-during-b095-diaporama

Il continu les tournages et y met toujours tout son talent, mais une partie de lui s’éteint peu à peu. Il y a comme une fonction en pilotage automatique qui s’est déclenchée. Il repart souvent déçu de ce qui est retenu dans un film, et de ce que font les réalisateurs de films du scénario originel. Il se livre entièrement mais certaines scènes d’importance sont coupées. Un perfectionniste et un grand pro qui souhaite l’excellence. On le verra alors successivement dans :

« Le grand embouteillage », une petite apparition mais qui vaut son intérêt.

le-grand-embouteillage-l-ingorgo-una-storia-impossibile-1979_portrait_w858

« Un mauvais fils » de Claude Sautet, la moustache a disparu, une apparence qui lui rajoute une certaine tendresse, très bon film et jeu parfait.

Image de prévisualisation YouTube

mauvais_fils-03

« Hôtel des Amériques » d’André Téchiné, la rencontre avec Catherine Deneuve est réussie, les 2 surdoués donnent tout le charme au film, Patrick y est étincelant et très émouvant, surtout la dernière scène.

Image de prévisualisation YouTube

1530-1358962075

« Psy », une comédie anarchique, avec une histoire qui va dans tous les sens, Patrick a la barbe et semble parfois en automate, même si il y a matière à apprécier sa dynamique et sa folie comique.

Image de prévisualisation YouTube

« Plein sud », un film un peu lugubre avec un prof qui se retrouve dans une histoire de fesse et d’argent en Espagne, attiré par une fille pas forcément fréquentable, une réalisation intéressante sans être un chef d’œuvre, qui montre les tentations pour tout changer dans une vie, inspirant.

gaff541497939-1a8e873

Un mauvais épisode arrivera en 1980 : trahi par un journaliste qui a révélé son mariage imminent, alors que Patrick souhaitait absolument garder cet évènement intime pour lui, il se fera justice lui-même en lui cassant la figure ! Il fut ensuite boycotté par des médias solidaires. Ceux-là même qui font ou défont les artistes, avec certains qui lui rendent hommage aujourd’hui… Heureusement que certains fidèles lui montreront leur soutien, comme le magasine Première avec Marc Esposito. Celui-ci lui consacrera même un film en 1992, malheureusement cet hommage reste inédit en dvd. Il existe peu de Blu-ray sur Dewaere à ce jour, dommage ! Magnifique une :

 patrickdewaere-6

Blier lui donne alors un joli rôle dans « Beau père », au moment où son image est désastreuse médiatiquement. Cette fidélité pour cet acteur fétiche, donne un film délicat, subtil et poétique. Un beau-père résiste aux assauts amoureux de la fille de sa compagne récemment disparue, mais il cède finalement tout en douceur. Une performance qui méritait une récompense des « spécialistes ». Sa partenaire Ariel Besse, est magnifique et on imagine ses beaux souvenirs suite à cette rencontre privilégiée.

Image de prévisualisation YouTube

Magnifique scène d’ouverture, Patrick nous touche en nous parlant directement, il est très élégant et nous captive même blasé.

Image de prévisualisation YouTube

344550_portrait-pris-le-21-mai-1981-a-cannes-de-patrick-dewaere-lors-de-la-conference-de-presse-de-presentation-du-film-de-bertrand-blier-beau-pere

Il va terminer sa courte carrière avec 2 films qui n’ont rien à voir et qui ne marcheront pas beaucoup. « 1000 milliards de dollars » d’Henri Verneuil lui permet de jouer un journaliste qui va oser bousculer des hiérarchies. Le film traine quelque peu en longueur et Patrick en sera triste. Mais il y a de jolies scènes qui poussent à voir ce film, une réelle application malgré une fatigue perceptible de notre héros :

Image de prévisualisation YouTube

Puis il y a ce film un peu ovni, au script qui tombe mal « Paradis pour tous ». J’aime cette histoire cynique avec cette possibilité de flasher les gens malheureux afin de les rendre optimistes et sans tergiversations. C’était osé de proposer un tel personnage quand on connaît la vie personnel de l’acteur. Le scénario commence par une séquence où le protagoniste tente de se suicider, et l’ironie de l’histoire est que cette scène a été montée le jour même du suicide de Patrick… Un dernier acte moyen, avec un Dewaere qui fait ce qu’il peut, avec des moments charmants et une présence à déguster pour la dernière fois. J’apprécie ce film qui apporte son lot de scènes cocasses et immorales, il faut le regarder avec tolérance :

Image de prévisualisation YouTube

paradis-pour-tous-1982-06-g

Beaucoup de réalisateurs disent après coup qu’ils lui préparaient des films, de grands rôles, c’est un peu facile mais il est vrai que le temps aurait joué en sa faveur et que son talent aurait été reconnu à sa juste valeur. Il préparait un film de Lelouch sur la vie de Marcel Cerdan, avec une préparation physique intense, preuve que rien n’était inéluctable. On peut voir au début dans ce documentaire soigné et de référence, des extraits des premiers essais de repérage le matin même de sa mort. Les témoignages sont très poignant.

Image de prévisualisation YouTube

dernires-photos-prise-e5af-diaporama

La fin brutale de Dewaere atteste de son dégoût pour ce monde fait de tromperies et de médiocrité. Il semble que peu de concessions étaient envisageables et que la vie avait été trop à charge. Il y avait trop de failles, de poisses, d’angoisses… Je comprend ce dernier geste brutal et déterminé, aucunement lâche, fait d’une pulsion suite à un trop plein de négativité. Je crois à une version expliquant ce geste final. Sans doute qu’être cocufié en amitié et l’hypothèse de ne plus jamais revoir sa fille a été déterminant. On fait souvent des éloges de Coluche à raison, mais il y a une partie peu relatée qui est déplaisante. C’est lui qui offre l’arme fatale à son ami qu’il sait au plus mal, puis il lui prend aussi sa compagne. Très douloureux d’être trahi par 2 proches. Courageux épilogue pour un destin d’exception.

3f894222-cff2-11e1-bfce-dac29edc6ce1-493x328

Comparatif que je trouve éloquent, 2 visages qui contrastent : les débuts souriant et une année 1982 éprouvante, ce n’est plus le même homme.

m_182077815_02

Photo d’identité pour son dernier film en préparation, prise 3 heures avant son geste sans retour, un visage semblant serein comme un dernier rôle.

trois-heures-avant-sa-mort

Son héritage est immense avec une œuvre qui n’a pas finit de dévoiler toute sa valeur, un charisme incroyable doublé d’une force de caractère enviable. Il a eu 2 filles dont la ravissante Lola Dewaere, qui suit le même chemin que lui. Dans un blog qui souhaite relater les différences, les mis à l’écart, les originaux; c’est une fierté de consacrer un hommage (de+!) à cet homme hors du commun qui le mérite, un rêveur, atypique  !

12275e-image-de-la-meilleure-facon-de-marcher-491




On ne touche pas à Cyril Hanouna ! « Touche pas à mon poste »

8032013

Dans les années 90, j’étais fan des émissions comme « Coucou c’est nous », « Nulle part ailleurs », où tout était permis et possible. Ces rendez-vous 5 jours dans la semaine étaient en direct, et il n’était pas rare d’assister à des moments drôles, improvisés, imprévus, libres, fous ! Depuis les années 2000, on a perdu cette fraîcheur et cette joie sur les plateaux télés. Tout est enregistré, calibré, formaté, interdiction de s’habiller en couleur sous peine d’être moqué, la promo toujours la promo… Heureusement, Cyril Hanouna est arrivé ! Issus de la chaîne « Comédie » qui avait dans ses programmes une émission comme j’aime « La grosse émission », on pouvait déjà le voir faire tout et n’importe quoi, sans prise de tête, sans pression d’audimat. Quand on revient du boulot, on n’a pas envie de voir la situation de tel pays, de voir des débats politiques, d’entendre des mauvaises nouvelles qui vous plombent à peine revenu. Un peu de détente, c’est si rare !

On ne touche pas à Cyril Hanouna !

Sur D8, on peut regarder chaque soir l’émission « Touche pas à mon poste » (multi-rediffusée sinon!), qui traite de prime abord de ce qui se passe dans le monde audiovisuel, mais on peut y voir aussi toute une équipe avec des chroniqueurs variés, attachants ou agaçants, qui peuvent s’exprimer sur un tas d’autres sujets dans la pertinence, l’auto-dérision et la bonne humeur. Le chef d’orchestre de ce moment riche est Cyril Hanouna : magnifique d’humour, de réparties incroyables, qui a des trouvailles chaque minutes, un animateur original, qui a toujours la bougeotte, et qui a beaucoup de personnalité et de charisme. Un talent qui explose à la télé et autant à la radio. Les audiences sont énormes, on peut le comprendre car chaque soir apporte son lot de faits marquant ou hilarant, avec aussi des débats qui s’avèrent instructifs. Merci de refaire de la télé pour le téléspectateur, et non pour pouvoir vendre du Coca et ne penser qu’aux bénéfices. Un renouveau qu’on espère sans grosse tête et qui se doit de garder cette qualité rare !

touche-pas-a-mon-poste-les-trublions-de-cyril-hanouna_portrait_w858 dans Télévision




Code Quantum

31012013

Datant des années 90, cette série fut ma préférée pendant mon adolescence et encore de nos jours. Je me souviens que je regardais chaque soir après le collège, ce rendez-vous très important. Tout était réuni pour que ça me plaise beaucoup : avec des valeurs, de l’humour, de la nostalgie, de la bonté, de l’amitié sincère, des décors et ambiance d’autrefois, de l’innocence, de l’espoir, etc… Tout ce qui devient rare et disparaît aujourd’hui. Cela m’a longtemps inspiré pour la vie de tous les jours, voulant bien faire, mais c’est impossible à retrouver dans le réel, alors mon côté Alceste a ressurgit.

Code Quantum dans Cinéma / Série / Théâtre code-quantum-7

J’adore le principe de réparer les erreurs du passé, d’essayer de corriger des évènements qui nous ont laissés des regrets et remords, afin de mieux profiter de ceux qu’on aime ou d’un destin qui semblait proche. Scott Bakula était un acteur qui a su jouer très juste ce rôle, émouvoir, faire rire, réfléchir, et faire de la musique. Un vrai don de soi, il m’a vraiment beaucoup marqué.

Image de prévisualisation YouTube

L’imaginaire était un atout et le spectateur pouvait s’identifier à Sam lorsqu’il se retrouvait dans une situation qu’on a tous pu ressentir. Sam était aidé d’Al son ami hologramme (venant du présent). Ce second rôle était aussi un rôle clé, plein de charme. J’aimais beaucoup le moment de la transmutation à la fin des épisodes, c’était la surprise et un nouveau cas à sauver, avec des effets spéciaux modestes mais efficaces ! Moments émouvant :

Image de prévisualisation YouTube

                    code-quantum-18 dans Cinéma / Série / Théâtre

La musique est très belle, émouvante, prenante. J’ai acheté le cd des musiques de la série ainsi que cette intégrale dvd pour mon plus grand plaisir. Le générique rassemble ce que j’aime : le voyage dans le temps, le ciel et ses vues accélérées, les dates et les figures d’époques, génial !

Image de prévisualisation YouTube

                     code-quantum-1

code-quantum-6

Le dernier épisode m’arrache les larmes à chaque fois, c’est une fin triste, un sacrifice, qui conclut de façon logique l’altruisme et le dévouement qu’a le personnage depuis le début. Il préfère ne pas rester sur un échec et aider les autres jusqu’au bout. Très émouvant à chaque visionnage.

code-quantum-2




Fabrice Luchini

27012013

Acteur et homme de textes immense, une vrai fierté française. Véritable autodidacte, il représente l’esprit d’Éric Rohmer dans toute sa splendeur, même s’il ne peut pas être réduit qu’à cela. Le meilleur professeur du joli français, pouvant captiver les plus hermétiques. Lisant et citant tout ce que le littérature a offert de plus riche, censé et beau. Intellectuel à la pensée fine, pertinente, lucide, noire, il est unique, drôle, agaçant (la politique), attachant. Véritable show-man des plateaux télé, il est capable de briller dans un endroit terne et de faire réfléchir, habité par l’envie de nous réveiller.

Fabrice Luchini dans Cinéma / Série / Théâtre fabrice-luchini-15

Pour le découvrir, le meilleur reportage que j’ai jamais vu sur lui était passé sur France 5, dans la merveilleuse émission « Empreintes ». Ce portrait énorme alterne moments cultes, réflexions, beaucoup d’humour, évoque son parcours, ses références… Documentaire fort qui a changé beaucoup de choses en moi en 2009.

Image de prévisualisation YouTube

Après ça, j’ai été le voir 2 fois au théâtre, pour mon plus grand bonheur. C’est un véritable puits de connaissance, et je prend souvent note de ces citations, toujours sorties dans le bon contexte avec audace et justesse. Il se répète parfois mais c’est comme pour approfondir des gammes jusqu’à l’excellence. Théâtre de l’Atelier à Paris : il a pris l’habitude d’y faire des représentations, je l’ai vu 2 fois ici.

theatre_de_latelier_mars_20101 dans Génie / Icône

J’ai récemment été voir, non sans mal (neige et beaucoup d’attente : le projeteur du cinéma avait oublié d’appuyer sur le bouton pour lancer le film, ça ne s’invente pas, ça se vit…), son dernier film « Alceste à Bicyclette ». J’ai retrouvé tout l’univers de Luchini : Molière et les textes écrits à la virgule, l’Ile de Ré où j’avais passé de merveilleuses vacances à jamais gravées et un des lieux d’habitation de Fabrice, des réflexions sur le monde notamment des acteurs, une représentation final au théâtre de l’atelier, une actrice de caractère me rappelant Maruschka Detmers, puis le vélo avec des périples dans des paysages de cartes postales. A noter aussi la prestation magnifique du grand Lambert Wilson.

7756910702_l-affiche-du-film-alceste-a-bicyclette




POURQUOI ? (2)

26012013

Pourquoi doit-on être au top (cuisine, sport, humour, physique, etc…) ?

Pourquoi les journalistes français sont-ils si prises de tête ?

Pourquoi intituler tout nouveau programme, expression, magasin… en anglais alors qu’eux ne titrent rien en français ?

Pourquoi les religions divisent-elles au lieu de rassembler ?

Pourquoi on oublie des choses alors qu’on devait y penser absolument ?

Pourquoi en magasin, on choisit l’article du fond avec l’espoir qu’il soit plus neuf que les autres ?

Pourquoi croyons nous à un candidat tous les 5 ans, un coup la gauche puis déçu la droite, ou inversement, sans bouleversements majeurs depuis des décennies ?

Pourquoi commémorer, offrir des choses,  le jour annuel prévu au calendrier alors qu’il y a 365 autres jours pour le faire ?

Pourquoi le portable est-il devenu si vital alors qu’autrefois on s’en passait ?

Pourquoi l’attirance ou alors l’indifférence, suivant les personnes ?

Pourquoi pour les divertissement français, tous sont habillés en noir, la couleur d’un enterrement ?

Pourquoi chaque nouvel artiste qui commencent à avoir une notoriété se sent-il obligé de parler d’engagement, d’associations ?

Pourquoi irai-je dans le sens de la vague ?

POURQUOI ? (2) dans Ecrits/Pensées/Réflexions red-question-mark-clip-art-circle_428358







Bienvenuedansmatete |
Blog-Note Rose |
Syndicatscolairepaulverlaine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Youriniglirimirnaglu
| Rencontreinternet
| Mouchine